Jogging de Hannut (23/12/2012)

Comme l’année dernière, le jogging de Hannut se déroule en hiver et en soirée. C’est un parcours de 2 ou 4 boucles de 2,5km dans Hannut suivant que l’on cours le 5km ou 10km.

La journée fut entièrement pluvieuse, ce qui n’augurait rien de bon pour cette soirée. Sur l’autoroute, pour y arriver, ce fut encore pire ; il était parfois difficile de lire les plaques indicatives tellement il pleuvait. Arrivé sur place et durant l’échauffement, nous fûmes bien trempé.
Comme d’habitude, et malgré le temps défavorable une longue file s’annonce pour les inscriptions. Heureusement, j’ai pensé à me pré-inscrire. Ce qui me donne un passe-doit pour obtenir rapidement mon dossard.
Le temps de dire bonjour à tout le club ainsi que  les connaissances et c’est partit pour un échauffement et une reconnaissance des lieux pour certains… toujours sous la pluie.

Plan technique

Comme à mon habitude, le but est de faire mieux que l’année dernière (48’10”) et éventuellement battre mon record sur une distance identique soit (45″10′ au Jogging des pompiers 2012), même si un parcours n’est pas l’autre.
Afin d’y arriver, voici le plan à suivre :

  • 1er tour : 12km/heure soit 12’30” pour les 2,5km
  • 2e tour : 13km/heure soit 11’34” pour les 2,5km
  • 3e tour : 13km/heure soit 11’34” pour les 2,5km
  • 4e tour : vitesse “maximum” soit (14km/h) 10’44” pour les 2,5km

Au total : 46’22”

C’est évidement purement théorique, même si l’on tente à coller notre vitesse à celle prévue, les sensations prennent vite le dessus sans parler de la difficulté à calculer la vitesse réelle.

Données réelles :

L’ordinateur de bord (Le coach électronique) me donne pour cette course :

  • Distance totale : 10,06 km
  • Temps total : 45’40”
  • Temps moyen au kilomètre : 4’32”
  • Vitesse moyenne : 13,2km/heure
  • 882 Calories dépensées (en fonction de ma taille, mon poids, mon âge,…)
  • Rythme cardiaque moyen : 177 bpm
  • Rythme cardia que le plus élevé : 192 bpm
  • Dénivellation du terrain sur l’ensemble du parcours : 270m

Pour le parcours, les 3 premiers tour ont eu une vitesse moyenne de 13 km et le dernier un peu plus élevé avec une accélération moins continue.
Il nous aura fallu 11’34” pour le premier tour et 11’16” pour le second.

Les sensations

Au départ, je suis avec Oli et Massimo. On essaye de se placer à l’avant pour ne pas être trop gêné par la masse. Le problème, c’est que tout le monde fait comme nous. Et au final on se retrouve 200m plus loin que la pompe Texaco, référence comme ligne de départ. Avec 3 minutes de retard on démarre  et là c’est le branle bas de combat. Comme souvent me diront certain, … sauf qu’au moment où l’on n’est le plus condensé on doit éviter les îlots au milieu de la route, les voitures garées, des poteaux,… pour s’engouffrer dans le hall omnisports. Et le plus difficile c’est de ne pas bousculer les plus jeunes qui courent le 5km. Par la suite j’apprends que le milieu du peloton a dû pratiquer ce début de parcours à allure ralentie, pratiquement au pas, due à la masse.

La course commence enfin, on se perd presque de vue. Comme d’habitude je dois ralentir Oli. On se fait beaucoup dépasser ce qui lui rend la tâche encore plus difficile. Après le premier tour et les premiers encouragements on accélère légèrement. On commence enfin à dépasser quelques personnes qui ont démarré trop rapidement. Un peu plus loin on rattrape Massimo qui nous avait dépasser dès le début sans qu’on s’en aperçoivent. Départ trop rapide pour lui, on le laissera en arrière. Le troisième tour se passera de la même manière que le second. On dépasse de plus en plus de monde et l’on se fait dépasser par les premiers qui terminent leur courses. Tout comme l’année précédente un jeune trompettiste nous accompagne et à chaque passage s’épuise un peu plus. Il fait la course avec nous à sa manière.

Quatrième et dernier tour c’est là qu’il faut donner tout ce qu’il nous reste sans nous brûler. Il reste quand même 2,5km. Nous accélérons ensemble tout les deux. Jusqu’à présent nous avons travaillé en vrai binôme. Désormais nous dépassons pas mal du monde à notre allure (plus de 13km/h). Arrivé au trompettiste je remarque qu’il n’en peu plus, il sera temps pour lui aussi que cela prenne fin. On se fait dépasser par un joggeur que nous venions de dépasser. Oli l’accroche moi, je laisse filer. 15 mètre derrière, je remarque que c’est la course entre oli et deux joggeurs, j’essaye de les suivre alors que j’ai déjà augmenté mon allure.
Les grandes jambes d’Oli aurons eu raison de moi (comme d’habitude). À la fin, Oli fini 10 seconde devant moi et je finis 1 mètre derrière le joggeur qui nous avait dépassé.

Malgré une fine pluie tout au long de la course, ce fut un vrai plaisir. Le démarrage un peu plus lent m’a permis de constamment accélérer tout au long de la course. Dépasser au lieu d’être dépassé c’est bon pour le moral.
Meilleur timing que l’année dernière sans battre mon record du 10 km.

Classement (556 participants pour le 10km)

Pos Nr Nom Temps Moy. Catégorie
1. 192 Duvivier Antoine 00:30:31 19,66 km/h 1 se
156. 239 Hemmer Olivier 00:45:30 13,19 km/h 47 v1
162. 174 Dor Alexis 00:45:42 13,13 km/h 72 se
262. 422 Scivoletto Giovanni 00:49:56 12,02 km/h 78 v1
269. 48 Bouche Marc 00:50:08 11,97 km/h 33 v2
312. 646 Tamagwin Massimo 00:51:46 11,59 km/h 95 v1
556. 220 Gilson Didier 01:20:38 7,44 km/h 60 v2
Si vous aimez, partagez !
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Reddit
Reddit
Print this page
Print

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *